jeudi 28 décembre 2017

De la marée noire en Grèce aux cyclones tropicaux dans les Caraïbes, le Mécanisme européen de protection civile est largement utilisé


La protection civile est à l’honneur cette année. Force est de constater une activité intense. Un rapport de la présidence estonienne du Conseil de l'UE approuvé par les 28 ministres de l'Intérieur lors de leur réunion de décembre expose les principales réalisations de l'UE dans ce domaine au cours du 2e semestre 2017.

Il est possible de retenir que depuis le début de l'année 2017, le Mécanisme de protection civile de l'Union européenne (MPUE)  a été activé dans le cadre de 30 demandes d'aide (11 à l'intérieur de l'UE et 19 à l'extérieur).
Entre le 1er juillet et le 23 novembre, les pays participants ont soutenu les pays touchés dans le cadre de 26 situations où le Mécanisme de protection civile a été activé.

1. Renforcer la sensibilisation aux risques et la résilience autonome

Le renforcement de la sensibilisation et de la préparation des citoyens aux catastrophes est l'un des objectifs spécifiques du Mécanisme de protection civile.
Un atelier de la présidence sur le renforcement de la sensibilisation aux risques et de la résilience autonome des citoyens a eu lieu les 4 et 5 juillet 2017, à Tallinn.
L'objectif était de tisser des liens entre les activités menées par les États membres, la Commission, l'OCDE et les Nations unies dans le contexte du cadre de Sendai.

En outre, le centre de connaissance en matière de gestion des risques de catastrophe (DRMKC) a été lancé le 30 septembre 2015. Le DRMKC est soutenu et coordonné par plusieurs services de la Commission, en partenariat avec un réseau d'États membres.
Il a été lancé pour contribuer à accroître la résilience de l'UE et des États membres aux catastrophes. Il vise à renforcer leur capacité à prévenir les urgences, s'y préparer et y réagir, grâce à une meilleure interface entre science et politique.

La présidence recommande que la Commission étudie les moyens de mieux utiliser les outils et plateformes existants, tels que le DRMKC.
La Commission, en coopération avec les États membres, devrait également envisager des moyens d'encourager les bénéficiaires à publier les principaux résultats de chaque projet au niveau de l'UE, ce qui permettrait de faire en sorte que tous les résultats utiles des différents projets menés au niveau de l'UE soient à disposition de la Commission et des États membres.

La présidence estime  nécessaire de mieux partager les informations sur les projets achevés. La présidence recommande à la Commission de jouer un rôle central dans la collecte, la compilation et la diffusion des résultats des projets financés par l'UE et, si possible, dans l'organisation d'ateliers consacrés au partage d'informations sur les résultats des projets finis.

 La présidence recommande également qu'une partie du Forum de protection civile, qui se tiendra en 2018, soit spécifiquement consacrée aux solutions innovantes et aux bonnes pratiques dans le domaine de la sensibilisation aux risques de catastrophe et de la communication en la matière, et comporte, par exemple, un présentation comparative de diverses infographies.

2. Mieux gérer les conséquences des attentats terroristes

À la suite des délibérations sur la gestion des conséquences des attentes terroristes tenues sous les présidences néerlandaise, slovaque et maltaise, les travaux visant à concrétiser les mesures mises en évidence se sont poursuivis.
Dans le cadre de l'union de la sécurité, et sur la base des résultats de la 36 e réunion des directeurs généraux de la protection civile, la Commission a organisé un deuxième atelier technique sur la coopération des premiers intervenants sur les lieux d'une catastrophe à la suite d'un attentat terroriste (Bruxelles, 9 et 10 octobre 2017).
Cet atelier a été l'occasion de discuter des enseignements tirés des attentats terroristes récemment perpétrés en Europe. Il a mis l'accent sur les mesures pratiques à prendre pour remédier aux lacunes de la coopération intersectorielle.
Réunissant plus de 90 participants provenant de différents secteurs, l'atelier a, selon la présidence estonienne, prouvé son utilité en tant que plateforme de discussion pluridisciplinaire.

3.1 Réaction face aux catastrophes et aux crises

(cliquez sur l'image pour agrandir)

3.1 Réaction face aux catastrophes et aux crises : Incendies de forêt

  • France (juillet)
  • Italie - 4 (juillet, août (à deux reprises) et octobre)
  • Portugal - 3 (juillet, août et octobre)
  • Grèce (août)
  • Monténégro - 2 (juillet et août)
  • Albanie (août)
  • Tunisie (août)
  • Géorgie - 3 (août (à 2 reprises) et septembre)
Depuis juin 2017, le Centre de coordination de la réaction d'urgence a reçu 18 demandes d'aide concernant des États membres de l'UE touchés par des incendies de forêt (France, Grèce, Italie, Portugal) mais également des pays du voisinage de l'UE (Albanie, Géorgie, Monténégro, Tunisie).

Globalement, la saison des incendies de forêt de 2017 a été l'une des pires de ces dernières années en termes de nombre d'incendies et de superficies brûlées, en comparaison avec les valeurs moyennes des neuf dernières années.

3.2 L’Arménie – exposition d’une usine chimique


Le 28 août, une série d'explosions s'est produite à l'usine chimique de Naïrit, près d'Erevan, la capitale de l'Arménie, et a entraîné la diffusion vers la ville de déchets brûlés et d'émanations chimiques.
Deux experts du mécanisme de protection civile de l'Union (Mécanisme de protection civile), venus de France et de Suède, ont rejoint l'équipe du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et de l'OCHA pour une mission d'évaluation en Arménie du 10 septembre au 2 octobre.

3.3 Grèce - marée noire

Le 9 septembre, un pétrolier a coulé près du Pirée, en Grèce. Le navire était chargé d'environ 2195 tonnes de mazout et 340 tonnes de gas-oil à usage maritime.
Le mazout et le gas-oil à usage maritime se sont largement répandus autour de l'épave, dans la zone maritime de la rade du Pirée.
La Grèce a demandé une aide sous la forme d'un navire dépollueur, qui a été fourni par l'Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM). 9 navires dépollueurs exploités par les autorités grecques ont également participé aux opérations de nettoyage.


3.4 Cyclones tropicaux dans les Caraïbes

En septembre, la région des Caraïbes a été touchée par une série de puissants cyclones tropicaux. Les plus dévastateurs étaient Irma-17 et Maria-17, qui ont touché de nombreuses îles des Caraïbes, les Bahamas et les États-Unis (Floride).
En raison de l'ampleur des destructions et de la situation d'urgence qui a suivi, plusieurs mesures ont été prises par l'intermédiaire du Mécanisme de protection civile afin de porter secours aux personnes touchées.
  • l'Allemagne et les Pays-Bas ont activé le Mécanisme de protection civile pour obtenir une aide afin que les missions consulaires aux États-Unis (Floride) et Sint-Maarten aident les citoyens de l'UE bloqués à cause des cyclones tropicaux;
  • les Pays-Bas ont demandé un soutien sous forme de transport pour envoyer une aide en nature à Sint-Maarten, afin de pallier les effets du cyclone tropical Irma.
Le Mécanisme de protection civile a été activé à la suite d'une demande d'aide adressée par la Dominique après le passage du cyclone tropical Maria, qui a causé des destructions à grande échelle sur l'île.

La Dominique a reçu une aide en nature de la France, du Royaume-Uni, de la Belgique et des Pays-Bas. En outre, un soutien sous forme de transport a été fourni par le Programme alimentaire mondial (PAM) pour convoyer des stocks de nourriture vers la Dominique, en raison de la pénurie de denrées alimentaires sur l'île. Une une équipe de protection civile de l'UE a été déployée pour faciliter la coordination et réceptionner l'aide.

Le service de gestion des situations d'urgence Copernicus a été activé 8 fois et a produit 81 cartes satellitaires pour les régions touchées par les deux cyclones tropicaux Irma-17 et Maria-17.

3.5 Tremblement de terre au Mexique

Le 19 septembre, un tremblement de terre d'une magnitude de 7,1 Mw a frappé le centre du Mexique. Le séisme a été fortement ressenti à Mexico et dans les États de Puebla, Morelos et Mexico.
Un autre tremblement de terre d'une magnitude de 6,2 (profondeur de 32 km) s'est ensuite produit à 12 km au nord de la ville d'Ixtepec (État d'Oaxaca), aggravant encore une situation déjà difficile dans les zones touchées. Selon les rapports officiels, plus de 300 personnes ont perdu la vie, plus de 27 000 habitations ont été touchées.
Des experts de la protection civile de l'UE  ont été déployés en septembre au sein de l'équipe des Nations unies chargée de l'évaluation et de la coordination en cas de catastrophe (UNDAC). Le 20 octobre 2017, une équipe de la protection civile de l'UE composée d'experts de la protection civile et d'experts de la restauration du patrimoine culturel a été déployée pour une mission de deux semaines. Le service de gestion des situations d'urgence Copernicus a été activé deux fois et 16 cartes satellitaires ont été produites pour contribuer à l'évaluation des dégâts dans les zones touchées.

3.6 Crise des Rohingyas / Bangladesh 

Les violences dans l'État de Rakhine (Myanmar/Birmanie), qui ont commencé le 25 août 2017, ont poussé environ 603 000 Rohingyas à franchir la frontière vers le district de Cox's Bazar, au Bangladesh.
Les travailleurs humanitaires continuent de renforcer leur intervention dans le district de Cox's Bazar.
L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a demandé le 27 octobre le soutien du Mécanisme de protection civile pour le déploiement d'éléments d'un camp de base léger pour une plate-forme de coordination comprenant 45 personnes et dotée d'un espace de réunion pour 60 personnes.

3.7 Séisme en Iran et en Iraq

Le 12 novembre, un tremblement de terre d'une magnitude de 7,2 Mw s'est produit dans la province iraquienne d'Halabja, près de la frontière iranienne.
Il a occasionné des dégâts considérables.
Le 13 novembre, l'unité conjointe chargée de l'environnement du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a demandé l'aide du Mécanisme de protection civile en la personne d'un expert spécialisé dans l'évaluation structurelle des barrages.
Un expert roumain a été déployé le 15 novembre et a rejoint l'équipe des Nations unies chargée de l'évaluation et de la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) en Iraq jusqu'au 4 décembre, afin d'évaluer l'impact potentiel du séisme sur les barrages et les localités des environs et de faire des recommandations.
En outre, le service de gestion des situations d'urgence Copernicus a été activé pour fournir des cartes satellitaires d'impact pour 4 zones touchées différentes.

3.8 Maladie à virus de Marburg en Ouganda


À la suite de l'épidémie de maladie à virus de Marburg apparue en Ouganda en octobre 2017, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé au Mécanisme de protection civile, le 16 novembre, de lui apporter un soutien pour les actions en matière de diagnostic et de confinement.
Un laboratoire mobile allemand de l'institut de médecine tropicale Bernhard Nocht a été déployé le 21 novembre. Il fait partie du Corps médical européen et comprend un équipement spécialisé ainsi que deux experts dans le domaine de la santé.


Synthèse du texte par securiteinterieure.fr


Et pour une analyse plus approfondie, lire :


Votre attention est le carburant de ma passion.


  Merci pour votre fidélité !
 

n'hésitez pas à partager 
et à retrouver securiteinterieure.fr sur twitter : @securitepointfr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.