Pages

samedi 11 janvier 2020

Islamistes contre Extrême-droite : Europol craint un combat des terrorismes (TE-SAT 2019)


Un risque de polarisation. C'est bien ce que craint l'office européen de police dans son dernier rapport disponible. Le risque ? Que djihadistes et tenants d'une extrême-droite violente s'affrontent par attaques interposées et finissent par déstabiliser la société toute entière. Ce combat des terrorismes résulte d'une menace djihadiste persistante et d'une menace croissante d'un terrorisme d'extrême-droite. Cette aggravation de ce terrorisme d'extrême-droite avait été d'ailleurs soulignée par le Coordinateur européen pour la lutte antiterroriste et discutée par les ministres de l'Intérieur lors de leur rencontre des 7 et 8 octobre 2019.

Securiteinterieure.fr revient sur ce dernier rapport annuel disponible sur l'état de la menace terroriste dans l'UE.


Un risque de polarisation

En 2018, le terrorisme a continué à constituer une menace majeure pour la sécurité des États membres de l'UE.
Des attaques perpétrées par des djihadistes comme ceux de Trèbes, Paris, Liège et Strasbourg ont fait treize morts et de nombreux blessés.

En outre, un attentat terroriste perpétré par un extrémiste d'extrême droite en Italie et de nombreuses arrestations de terroristes présumés d'extrême droite à des fins de planification d'attentats l’UE indiquent que les extrémistes d'orientation divergente considèrent de plus en plus la violence comme un moyen justifié de confrontation.
Les terroristes ne visent pas seulement à tuer et mutiler, mais aussi à diviser la société et à répandre la haine.

panorama général


en rouge le nombre d'attaques
en bleu le nombre d'arrestations
(cliquez sur l'image pour agrandir)


En 2018, tous les décès dus au terrorisme étaient le résultat d'attaques djihadistes : 13 personnes ont perdu la vie. En outre, 46 personnes ont été blessées lors d'attaques djihadistes. Il s'agit d'une baisse considérable par rapport à 2017, année où dix attentats avaient fait 62 victimes.

En 2018, les États membres de l'UE ont fait état de 16 complots terroristes djihadistes déjoués, ce qui indique à la fois la poursuite d'une forte activité terroriste et illustre l'efficacité des efforts antiterroristes. Toutes les attaques terroristes djihadistes ont été commises par des individus agissant seuls et visaient des civils et des symboles d'autorité.

Comme les années précédentes, les attentats terroristes ethnonationalistes et séparatistes dans l'UE ont largement dépassé les autres types d'attentats terroristes en 2018.
Dans l'ensemble, les attaques qualifiées d'ethno-nationalistes et séparatistes ont continué de représenter la plus grande proportion. Comme les années précédentes, les pays signalant des attentats terroristes liés au terrorisme séparatiste sont le Royaume-Uni (56), la France (20) et l'Espagne (7).

Des attaques islamistes en baisse

En 2018, le nombre d'attentats terroristes djihadistes déjoués, ratés et achevés a considérablement diminué par rapport à 2017, passant de 33 à 24.
Ce nombre comprend 16 incidents signalés par la France (7), le Royaume-Uni (3), les Pays-Bas (2), l'Allemagne (2), l'Italie (1) et la Suède (1) comme ayant déjoué des complots terroristes.


nombre d'arrestations

 (cliquez sur l'image pour agrandir)

En 2018, sept attentats terroristes djihadistes ont été perpétrés : 3 en France, deux aux Pays-Bas, un en Belgique et un au Royaume-Uni ; une attaque djihadiste a échoué en Espagne. En outre, 16 autres incidents ont été signalés comme des complots terroristes djihadistes déjoués.
Au total, 13 personnes ont été tuées et 46 blessées lors d'attaques djihadistes en 2018.
Parmi les victimes figuraient 12 policiers, dont trois ont été tués.

La France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont connu le plus grand nombre d'attentats et le taux le plus élevé de complots terroristes déjoués avec succès.
En particulier, pour la deuxième année consécutive, le nombre d'attentats terroristes déjoués signalés a dépassé le nombre d'attentats achevés.
Souvent, la motivation de l'auteur et les liens avec d'autres individus ou groupes terroristes radicalisés n'étaient pas clairs. Les problèmes de santé mentale ont contribué à la complexité du phénomène.

La fabrication artisanale, une valeur sûre

En 2018, le nombre d'attentats à la bombe et de complots djihadistes a diminué par rapport à 2017.
Toutefois, les informations recueillies au cours des enquêtes révèlent qu’un nombre considérable de complots terroristes déjoués prévoyaient d’utiliser ce type d'armes.
Des explosifs de fabrication artisanale (HME) étaient encore utilisés dans la plupart des incidents connus liés à des explosifs liés au terrorisme djihadiste.

Les attaques djihadistes ont été menées à l'aide d'armes à feu et d'armes peu sophistiquées et facilement disponibles (p. ex. des couteaux).
La sophistication réduite de la préparation et de l'exécution des attentats terroristes djihadistes a contribué à réduire le nombre de victimes des attentats achevés.


répartition motivation des attaques  terroristes - pays de l'UE cibles

  (cliquez sur l'image pour agrandir)

Plusieurs complots terroristes déjoués comprenaient des tentatives de production et d'utilisation d'explosifs et de matières chimiques/biologiques.
L'utilisation de mélanges pyrotechniques pour produire des engins explosifs improvisés (IED) dans les complots djihadistes s'est également accrue.
Trois complots terroristes impliquant des matières chimiques-biologiques-radiologiques-nucléaires (CBRN) ont été déjoués en 2018 dans l'UE.

Une augmentation générale de la propagande, des tutoriels et des menaces terroristes CBRN a été observée. Des forums ont été utilisés pour :
  • proposer des modi operandi possibles,
  • partager des instructions pour produire et disperser divers agents et identifier des cibles de premier plan.
Cependant, l'information technique n'était pas toujours exacte.

Un cyberterrorisme qui peine à voir le jour

Au cours des dernières années, des spéculations avaient été émises sur le fait que les terroristes pourraient se tourner vers le lancement de cyberattaques contre des infrastructures critiques.
D’un côté, la propagande en ligne de l'État islamique (SI) est technologiquement avancée. De l’autre, les pirates informatiques connaissent bien les outils de communication cryptés, leurs outils et techniques de cyber-attaque restent rudimentaires. Ils achètent toujours des services d'hébergement de domaines, téléchargent des logiciels et louent des botnets pour des attaques de déni de service distribué (DDoS), plutôt que de développer leurs propres cyberarmes.

La défaite militaire de l’Etat islamique en Irak et en Syrie a eu un impact significatif sur les capacités numériques du groupe. Parallèlement, la valeur des récits a été compromise par l'incapacité du groupe à unifier ses positions idéologiques en interne.
Néanmoins, Daesh a réussi à maintenir une présence en ligne en grande partie grâce à des réseaux de soutiens non officiels et à des médias pro- Daesh.
Cela dit, tant Daesh qu'Al-Qaïda ont continué à chercher de nouveaux vecteurs en ligne pour leur propagande.
En particulier, ils ont encouragé l'utilisation de plates-formes alternatives et de technologies open source.

Un terrorisme d’extrême-gauche faible et en baisse

Le nombre d'attaques et d'arrestations dans les milieux du terrorisme d’extrême-gauche est resté relativement faible et s'est limité à un petit nombre de pays.
En 2018, 19 attentats liés au terrorisme de gauche et au terrorisme anarchiste se sont produits dans l'Union européenne (UE) - un total de 19 attentats réussis, manqués et déjoués - une légère baisse pour la deuxième année consécutive (27 en 2016, 24 en 2017).
Le nombre d'arrestations est resté au même niveau (36 en 2017, 34 en 2018).
Toutes les attaques et la grande majorité des arrestations ont été signalées par la Grèce, l'Italie et l'Espagne.
Les trois pays sont restés l'épicentre de l'activité terroriste de gauche et anarchiste dans l'UE.

Un terrorisme d’extrême-droite toujours plus préoccupant

Le nombre d'arrestations liées au terrorisme d'extrême droite, tout en restant relativement faible, a continué d'augmenter fortement, doublant effectivement pour la deuxième année consécutive.
Les extrémistes d’extrême-droite exploitent la crainte de tentatives perçues d'islamiser la société et les doléances liées à une prétendue perte de l'identité nationale.
Le milieu du terrorisme d'extrême droite est très hétérogène au niveau national et entre les États membres de l'UE.
Tout comme en 2017, la Grèce, l'Italie et l'Espagne ont été la cible d'attentats perpétrés par des terroristes de gauche et anarchistes.

Un phénomène terroriste discret d’inspiration ethno-séparatiste

Le nombre d'attentats perpétrés par des terroristes ethnonationalistes et séparatistes dans l’UE a considérablement diminué, passant de 137 en 2017 à 83 en 2018.
Comme les années précédentes, les attentats se sont produits exclusivement en France, en Espagne et au Royaume-Uni.
En outre, les services répressifs de 6 États membres de l'UE ont arrêté au total 30 personnes accusées d'activités terroristes ethno-nationalistes et séparatistes.

Arrestation et jugement : la France se démarque


En 2018, 1 056 personnes ont été arrêtées dans l'UE pour suspicion d'infractions liées au terrorisme, le plus grand nombre d'arrestations ayant eu lieu en France (310) et au Royaume-Uni (2733).
Ce nombre a légèrement diminué par rapport à 2017, mais il est resté proche de la moyenne des dernières années.

panorama des procédures judiciaires menées dans l'UE

 (cliquez sur l'image pour agrandir)



En ce qui concerne les procès pour terrorisme achevés en 2018, les condamnations pour terrorisme djihadiste restent les plus nombreuses.
En 2018, 17 États membres de l'UE ont signalé un total de 653 personnes condamnées ou acquittées pour des infractions terroristes.
Ce nombre est supérieur à celui des deux dernières années. En 2018, la France était l'État membre qui a déclaré le plus grand nombre de personnes dans les procédures judiciaires achevées pour des infractions terroristes (141), suivis par l'Espagne (120), le Royaume-Uni (115) et la Belgique (80).
C'est en France, en Belgique et en Espagne que les tribunaux ont rendu le plus grand nombre de condamnations concernant le terrorisme djihadiste en 2018 (123, 76 et 68 respectivement).

panorama des arrestations dans l'UE
 (cliquez sur l'image pour agrandir)



synthèse et traduction du texte par Pierre Berthelet alias securiteinterieure.fr 


A lire également sur securiteinterieure.fr  :



Votre attention est le carburant de ma passion.


  Merci pour votre fidélité !
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.