vendredi 29 juin 2012

Le respect des droits fondamentaux est la principale priorité d'après Frontex (rappport d'activité 2011)



"Le respect et la promotion des droits fondamentaux dans toutes les activités de Frontex est une grande priorité pour l'Agence". Voici ce que déclare Frontex dans son rapport annuel d'activité pour l'année 2011.
Ce rapport fait suite au rapport dénommé Analyse de risques (ARA) pour l'année 2012 sur l'état de l'immigration clandestine et de la criminalité aux portes de l'Europe (voir le billet de securiteinterieure.fr à ce sujet).

Premier constat du rapport annuel d'activité, l'Agence est en pleine croissance avec un budget de près de 120 millions d'euros pour cette année 2011, notamment par rapport à 2010 (securiteinterieure.fr vous avait déjà fait un résumé de ce rapport pour l'année 2010).




Cet accroissement du budget intervient dans un contexte où la version modifiée du règlement de Frontex, adoptée en octobre 2011 (voir billet de securiteinterieure.fr à ce sujet), a procédé à l'élargissement du mandat de l'agence et à l'octroi de nouvelles tâches. Il intervient aussi dans un contexte politique de croissance zéro du budget de l'UE (le budget 2012 est disponible).

Autre constat, près des 3/4 de l'argent sont consacrés aux opérations de Frontex. Ce ratio est en augmentation par rapport à l'année précédente.


Concernant les opérations justement, Frontex s'est concentré en 2011 sur l'immigration irrégulière et sur le renforcement de la coopération en matière de contrôle des frontières extérieures, y compris la lutte contre la criminalité transfrontalière (en particulier celle relative aux groupes vulnérables et aux victimes de la traite des êtres humains).


(extrait de la liste des opérations maritimes recensées par le rapport)

En mars 2011, Frontex a finalisé la première opération RABIT (du nom des équipes d'intervention rapides aux frontières) à la frontière gréco-turque. Cette frontière est restée le centre de gravité de toutes les activités en matière terrestre (securiteinterieure.fr vous a rédigé un billet consacré à ces questions).

7 opérations maritimes conjointes et 5 projets pilotes ont été mis en œuvre en 2011. Le nombre d'Etats membres participants dans les opérations maritimes conjointes est resté presque le même qu'en 2010 (27 contre 26), tandis que le nombre d'experts déployés s'est élevé (530 en 2011 contre 386 en 2010). La moyenne de la durée d'un déploiement d'expert a augmenté (passant de 31 jours en 2010 à 43 jours en 2011). Toujours en 2011, 241 cas de recherche et de sauvetage ont eu lieu et 23 192 migrants ont été sauvés.
 
L'activité opérationnelle sur les frontières aériennes s'est intensifiée avec une augmentation du nombre de
jours opérationnels de près de 20 % (4 435 en 2011 pour 3 712) en jours/homme (9 286 en 2011 contre 9 081). Le nombre d'Etats participants est resté très élevé et, en outre, 8 pays hors UE pays ont pris part à des opérations conjointes.


2011 a connu un accroissement de la coopération opérationnelle coopération avec les pays hors UE. Des officiers de liaison de 7 pays ont été déployés en tant qu'observateurs lors d'opérations conjointes "air" coordonnées par Frontex (et de 9 pays pour les opérations aux frontières terrestres).  Pour la
fi rst toute première fois, la Bosnie-Herzégovine ainsi que l'ex-République yougoslave de Macédoine, ont pris part à l'
activité opérationnelle de Frontex.
 
 


(extrait de la liste des opérations d'aide au retour conjointes recensées par le rapport)


Par rapport à 2010, le nombre de Frontex d'aide aux opérations de retour conjointes a augmenté en 2011 passant de 39 à 42. Au total, 2 059 personnes ont été expulsées, ce qui est légèrement de plus qu'en 2010 (2038 personnes).

En outre :
  • du point de vue de la formation extérieure, Frontex a organisé 223 activités dans le cadre de 20 programmes. 3500 personnes y ont pris part;
  • du point de vue du personnel, Frontex comptait 294 membres au 31 décembre 2010 (et 314 prévues courant 2011),
  • du point de vue des réalisations, Frontex a notamment :
    • mis au point un manuel de formation en matière de lutte contre la traite des êtres humains;
    • développé le nouveau modèle d'analyse de risques (CIRAM). L'ancien CIRAM (Common Integrated Risk Analysis Model) avait été créé en 2003;
    • participé au projet EUROSUR (voir le billet de securiteinterieure.fr à ce sujet) en étroite coopération avec le États membres et la Commission. La principale réalisation a été dans le Projet Network, destiné à relier Frontex aux centres de coordination nationaux de la Finlande, de la France, de l'Italie, de la Pologne, de la Slovaquie et de l'Espagne;
    • organisé l'atelier AVATAR, en coopération avec un Centre universitaire d'excellence financé par le Homeland Security (DHS) américain, consacré à l'amélioration des contrôles aux frontières grâce à l'Intelligence artificielle.

(résumé du rapport par les soins de securiteinterieure.fr)

A consulter aussi :

A consulter également sur securiteinterieure.fr pour aller plus loin :

Et surtout à consulter sur securiteinterieure.fr le Dossier spécial Schengen :




retour au sommaire de securiteinterieure.fr

securiteinterieure.fr
LE site de référence sur la sécurité intérieure


page principale :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.