jeudi 26 avril 2012

Les nouvelles menaces terroristes : "loups solitaires", attaques contre les infrastructures essentielles et "jihad électronique"




Deux textes importants viennent marquer cette fin avril en matière de lutte anti-terroriste. Il s'agit d'abord du rapport TE-SAT d'Europol. Ce rapport établi par l'office européen de police vise à dresser un panorama de la menace et à esquisser un ensemble de tendances.
Dans la foulée, le Conseil "Justice et affaires intérieures" rassemblant les 27 ministres de l'Intérieur a adopté une résolution sur la lutte contre la radicalisation.

(source de l'image d'illustration)

D'après le rapport  TE-SAT 2011, la tendance la plus notable pour l’année 2011 a été l'importance croissante prise par les individus isolés auteurs d’actes terroristes (« loups solitaires ») (à lire à ce sujet le document de réflexion du Haut coordinateur pour la lutte antiterroriste).

Le directeur d’Europol estime qu’au cours de cette année 2011, le nombre total d'attaques et nombre d’arrestations a continué à diminuer dans l'UE. D’après lui, il s'agit d'une évolution positive, mais l'extrémisme violent et le terrorisme représentent encore une menace importante, et il faut rester vigilants. À l'avenir, les individus isolés continueront à représenter une menace, qu'elle soit inspirée par l'extrémisme politique ou religieux. Toujours d’après lui, des  groupes clandestins organisés ont aussi la capacité et l'intention de mener des attaques.

La mort d'Oussama Ben Laden n'a pas supprimé la menace terroriste inspirée de la mouvance d'Al-Qaïda. La menace a évolué et le danger que constituent les individus isolés ou de petits groupes basés dans l'UE, est de plus en plus important. Quant à Internet, il est un facilitateur clé pour les activités liées au terrorisme.

Les principaux chiffres pour 2011 présentés dans le rapport sont les suivants:
  • 174 attentats terroristes dans les États membres;
  • 484 individus arrêtés dans l'UE pour infractions liées au terrorisme;
  • 316 individus impliqués dans les procédures judiciaires.

Les groupes terroristes et extrémistes ont une présence importante en ligne, et l'Internet est devenu le principal moyen de communication. Il est utilisé en particulier pour :
  • l'enseignement;
  • la propagande;
  • le recrutement;
  • l'envoi de membres dans des zones de conflit;
  • la collecte de fonds, la coopération avec d'autres organisations terroristes;
  • la planification et la coordination des attaques.

En dehors de son utilisation comme outil de communication, l'Internet offre des possibilités nouvelles pour mener à bien des attaques terroristes électroniques, par exemple les infrastructures essentielles des États membres (comme les installations de production d'énergie et des systèmes de transport). Des membres éminents d'Al-Qaïda ont déjà encouragé le "jihad électronique" contre ces infrastructures dans les pays occidentaux.


Quant à la résolution sur la lutte contre la radicalisation, qui s'inscrit dans le cadre du plan d'action en matière de lutte antiterroriste, le texte invite les Etats membres notamment à :
  • prendre des mesures pour renforcer encore la coopération intersectorielle entre les autorités publiques aux niveaux national, régional et local afin de promouvoir des stratégies ou des efforts visant à dissuader les personnes radicalisées de recourir à la violence et à les encourager à renoncer aux activités terroristes;
  • intensifier la coopération entre les autorités publiques et les acteurs privés afin de sensibiliser davantage les membres des groupes radicalisés qui ont été condamnés pour des actes de terrorisme ou sont sous l'influence de personnes radicales;
  • développer des méthodes visant à aider les personnes à sortir des groupes radicalisés et à les dissuader ainsi de recourir à la violence et d'adhérer à des idéologies justifiant la violence; 
  • lancer, le cas échéant, des interventions ciblées, notamment sous la forme de dialogue et de contacts directs, qui sont efficaces pour aider les personnes à sortir de groupes radicalisés;
  • accorder une attention particulière aux interventions auprès des personnes condamnées pour actes de terrorisme, notamment en vue de les empêcher de s'employer à radicaliser d'autres personnes pendant leur détention;
  • examiner comment les autorités publiques et les acteurs privés relèvent de manière appropriée les défis sociaux auxquels sont confrontées les personnes qui ont quitté des cercles radicalisés, éventuellement après avoir purgé une peine de prison, afin d'aider à leur réintégration au sein de la société.

En outre, la résolution invite la Commission européenne à :
  • continuer à promouvoir le recours au réseau de sensibilisation à la radicalisation par les parties prenantes concernées afin de renforcer en particulier l'échange de connaissances et de bonnes pratiques entre États membres en ce qui concerne les mesures visant à inciter les terroristes à renoncer à leurs activités et visant à lutter contre la radicalisation;
  • continuer à collecter et à diffuser des informations concernant les enseignements tirés dans ces domaines dans les États membres;
  • promouvoir l'échange d'expériences en la matière entre États membres et pays tiers dans le
  • contexte de l'ensemble des relations extérieures de l'UE;
  • publier un recueil des connaissances, des expériences et des bonnes pratiques accumulées dans ces domaines par les États membres.

traduction et synthèse du communiqué d'Europol et résumé de la résolution par les soins de securiteinterieure.fr

securiteinterieure.fr vous a souligné les mots clé de la résolution.


A consulter aussi sur securiteinterieure.fr :


retour au sommaire de securiteinterieure.fr

securiteinterieure.fr
LE site de référence sur la sécurité intérieure


page principale :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.