vendredi 3 avril 2015

Crimes et châtiments dans l'Etat de sécurité


Il était une fois un État de sécurité. Cet État imaginaire rappelle quelque peu notre univers enfantin.
Loin des clichés d'enfants innocents jouant sagement entre eux, riant joyeusement et s'amusant dans la bonne humeur, il s'agit d'un monde dur et cruel pour les plus faibles.
C'est un univers impitoyable où ceux qui sont différents sont mis à part.

L'État de sécurité se veut démocratique et respectueux des droits de l'homme.
Pourtant, il se montre intransigeant en prenant des mesures toujours plus sévères afin de satisfaire une population inquiète qui réclame davantage de sécurité. Subissant quotidiennement les incivilités et harcelée sans répit par la criminalité, elle aspire à retrouver un monde pacifié et apaisé, débarrassé des assistés et des profiteurs du système, des délinquants multirécidivistes, des fous dangereux ou encore des pervers sexuels.
Bref, tous ceux qui menacent la société des "bons citoyens" et des "honnêtes gens".

Bien entendu, selon la formule consacrée, toute ressemblance avec des faits récents dans un État qui nous serait familier serait purement fortuite et involontaire.

Pierre Berthelet, Crimes et châtiments dans l'Etat de sécurité. Traité de criminologie politique, Paris, EPU, coll. Sciences Humaines & Sociales, 2015,   ISBN : 9782342033922



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.