lundi 4 juillet 2016

Nouvelle stratégie globale de sécurité : le "soft power" ne suffit plus dans un monde fragile




Les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté la semaine dernière la nouvelle stratégie globale de l’Union européenne dans laquelle ils estiment que le "soft power"  n’est pas suffisant. Il convient donc de renforcer les capacités en matière de défense (comprenez le "hard power"). 

Le texte constate aussi que la politique de la peur met à mal les valeurs européennes et le mode de vie européen. Enfin, il propose deux grands objectifs, dont la lutte antiterroriste et trois axes d’action, notamment la sécurité par le renforcement du renseignement.

Pour mémoire, cette stratégie globale de sécurité  remplace la stratégie de sécurité extérieure (dite stratégie de sécurité) de 2003. Elle complète la stratégie de sécurité intérieure de juin 2015 (à lire sur securiteinterieure.fr : La stratégie européenne de sécurité intérieure est officiellement renouvelée pour 2015-2020 !).

Le texte faisant une quarantaine de pages, la synthèse portera sur les thèmes en liens avec la sécurité intérieure.

La marche à suivre

Cette stratégie s'appuie sur la conception et l'ambition d'une Union plus forte, ayant la volonté et la capacité d'apporter des changements positifs à ses citoyens et dans le monde. Pour la traduire rapidement en actes :

  • Tout d'abord, il s’agit de réviser les stratégies sectorielles existantes, mais aussi élaborer et mettre en œuvre de nouvelles stratégies thématiques ou géographiques conformément aux priorités politiques de cette stratégie.
    Ces travaux doivent commencer par des procédures claires et des délais approuvés rapidement par tous les acteurs concernés.
  • Ensuite, la stratégie globale de l'Union elle-même devra faire l'objet d'un examen périodique en concertation avec le Conseil, la Commission et le Parlement européen. Il sera fait chaque année sur l'état d'avancement de la stratégie, en mettant en évidence les aspects dont la mise en œuvre doit être poursuivie. Enfin, un nouveau processus de réflexion stratégique sera lancé chaque fois que l'UE et ses États membres le jugent nécessaire pour permettre à l'Union de s'adapter au contexte du moment.

Le constat : un monde instable

D’après la stratégie, notre époque est en proie à une crise existentielle, tant à l'intérieur de l'Union européenne qu'à l'extérieur. L’Union est menacée. Le projet européen, qui a amené paix, prospérité et démocratie à des niveaux sans précédent, est mis en question. À l'est, la sécurité européenne est mise à mal, tandis que le terrorisme et la violence font des ravages en Afrique du Nord et au Proche-Orient, mais également au sein même de l'Europe.
Au fil des décennies, l’Union a permis à ses citoyens de jouir d'une sécurité, d'une démocratie et d'une prospérité sans précédent. Mais aujourd'hui, le terrorisme, les menaces hybrides, le changement climatique, la volatilité économique et l'insécurité énergétique menacent la population et le territoire européens.

La réponse : une stratégie globale

La stratégie globale de l'UE concerne l'Union pour commencer. Un niveau approprié d'ambition et d'autonomie stratégique est important si l'on veut que l'Europe puisse promouvoir la paix et la sécurité à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières. C'est pourquoi il importe d’intensifier les efforts en matière de défense, de lutte contre le terrorisme, d'énergie et de communications stratégiques ainsi que pour ce qui est du cyberespace. Les États membres doivent traduire par des actes leurs engagements en matière d'assistance mutuelle et de solidarité consacrés par les traités.

L’imbrication de la sécurité et de la sécurité extérieure

La détérioration de l'environnement et la raréfaction des ressources ne connaissent pas de frontières, pas plus que la criminalité transnationale et le terrorisme. Selon la stratégie, on ne peut pas scinder les dimensions intérieure et extérieure. En fait, la politique intérieure ne traite bien souvent que des conséquences de la dynamique extérieure : la sécurité sur le territoire européen suppose de témoigner en parallèle un intérêt pour la paix dans les régions voisines et environnantes.

… et les conséquences : une réponse horizontale

L'UE devrait également être en mesure de contribuer à protéger ses membres s'ils en font la demande, ainsi que ses institutions. Cela suppose de respecter les engagements européens en matière d'assistance mutuelle et de solidarité et, notamment, de relever des défis revêtant une dimension à la
fois intérieure et extérieure, comme le terrorisme, les menaces hybrides, la cybersécurité et la sécurité énergétique, la criminalité organisée et la gestion des frontières extérieures.
À titre d'exemple, les missions et opérations relevant de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) peuvent agir de concert avec le corps européen de garde-frontières et de garde-côtes et les agences spécialisées de l'UE pour renforcer la protection des frontières et la sécurité maritime afin de sauver davantage de vies, de lutter contre la criminalité transfrontière et de démanteler les réseaux de passeurs.

Selon la stratégie, en matière de sécurité, le terrorisme, les menaces hybrides et la criminalité organisée ne connaissent pas de frontières.
Il faut donc établir des liens institutionnels plus étroits entre l’action extérieure européenne et l'espace intérieur de liberté, de sécurité et de justice. Des sessions conjointes du Conseil et des groupes de travail conjoints entre le Service européen d'action extérieure (SEAE) et la Commission contribueront à resserrer les liens. 

La politique de défense doit également être mieux reliée aux politiques concernant le marché intérieur, l'industrie et l'espace. Les efforts des États membres devraient également être plus concertés: la coopération entre les services répressifs, judiciaires et de renseignement doit être renforcée. Il faut exploiter le plein potentiel d'Europol et d'Eurojust et soutenir davantage le centre de renseignements de l'UE. Il importe d’alimenter les bases de données européennes et coordonner les renseignements extraits de celles-ci, et mettre les technologie de l'information et de la communication (TIC) - y compris l'analyse de mégadonnées - au service d'une meilleure appréciation de la situation.

Un objectif : la résilience de l’environnement européen

La fragilité par-delà les frontières de l’Union menace tous les intérêts vitaux européens. Par contre, la résilience, c'est-à-dire la capacité d'États et de sociétés à se réformer, et donc à résister à des crises internes et externes et à se remettre de celles-ci, est bénéfique à l’UE et est bénéfique pour les pays situés dans le pourtour européen, et pose les fondements d'une croissance durable et de l'avènement de sociétés dynamiques. 
Aussi, agissant en collaboration avec ses partenaires, l'UE encouragera-t-elle la résilience dans sa périphérie. Un État résilient est un État sûr, et la sécurité est indispensable à la prospérité et à la démocratie. Mais l'inverse est également vrai.

Un exemple concret : une politique migratoire plus efficace

Selon la stratégie, dans le cadre des travaux en matière de résilience, une attention particulière sera accordée aux pays d'origine et de transit des migrants et des réfugiés. Il s’agit d’intensifier sensiblement les efforts humanitaires dans ces pays, en mettant l'accent sur l'éducation, les femmes et les enfants. En collaboration avec les pays d'origine et de transit, il convient de définir des approches communes et sur  mesure à l'égard de la question migratoire, combinant les domaines suivants: développement, diplomatie, mobilité, migration légale, gestion des frontières, réadmission et retour.

Une priorité : la lutte contre le terrorisme

Des attentats terroristes majeurs ont été perpétrés sur le sol européen et ailleurs. D'après la stratégie, il est essentiel d'investir davantage dans la lutte contre le terrorisme et de renforcer la solidarité dans ce domaine.
Aussi, la stratégie promeut un accroissement de l'échange d'informations et de la coopération en matière de renseignement entre les États membres et les agences de l'UE, ce qui suppose d'échanger des signalements sur l'extrémisme violent, les réseaux terroristes et les combattants terroristes étrangers, ainsi que de surveiller et de retirer les contenus illicites des médias. 

En parallèle, l'UE aidera les États membres qui seraient victimes d'attentats à s'en remettre rapidement, en déployant des efforts accrus en ce qui concerne la sécurité d'approvisionnement et la protection des infrastructures critiques et en renforçant le cadre volontaire de gestion des crises dans le domaine de la cybersécurité. 
Il est question d’approfondir les travaux menés sur l'enseignement, la communication, la culture, la jeunesse et le sport en vue de lutter contre l'extrémisme violent.
L’objectif consiste aussi à combattre la radicalisation en élargissant les partenariats avec la société civile, les acteurs sociaux, le secteur privé et les victimes du terrorisme, ainsi que par le dialogue interculturel et interreligieux.

Surtout - et c'est là l'élément le plus important selon la stratégie - l'UE se montrera à la hauteur de ses valeurs, sur le plan interne tant qu'externe: il s'agit de l'antidote le plus puissant à disposition contre l'extrémisme violent. Par ailleurs, l’Union continuera à développer, notamment avec l'Afrique du Nord, le Proche-Orient, les Balkans occidentaux et la Turquie, une coopération en matière de lutte contre le terrorisme qui soit respectueuse des droits de l'homme, et coopérerons avec les partenaires européens dans le monde afin de partager les meilleures pratiques et d'élaborer des programmes communs sur la lutte contre l'extrémisme violent et la radicalisation.

Une autre priorité : la cybersécurité

L'UE portera une attention accrue à cybersécurité; elle se donnera les moyens nécessaires et aidera les États membres à se protéger contre les menaces informatiques, tout en préservant un cyberespace ouvert, libre et sûr. Pour y parvenir, il faut renforcer les capacités technologiques permettant d'atténuer les menaces, accroître la résilience des infrastructures, réseaux et services critiques, et réduire la cybercriminalité. 

D'après la stratégie, cela signifie favoriser des systèmes novateurs dans les domaines de l'information et de la communication (TIC), propres à garantir la disponibilité et l'intégrité des données, et assurer dans le même temps la sécurité à l'intérieur de l'espace numérique européen, par des politiques appropriées sur le lieu du stockage des données et la certification des produits et services numériques.
Il faudra ainsi intégrer les questions relatives à la cybersécurité dans tous les domaines d'action, renforcer les éléments y afférents dans les missions et opérations en matière de politique de sécurité et de défense commune (PSDC) et continuer à développer les plateformes de coopération.

L'UE soutiendra aussi la coopération politique, opérationnelle et technique entre États membres dans le domaine de la cybersécurité, notamment en matière d'analyse et de gestion des conséquences, et favorisera la mise en place d'évaluations communes entre les structures de l'UE et les institutions compétentes des États  membres. 

Elle renforcera sa coopération en matière de cybersécurité avec les principaux partenaires, tels que les États-Unis et l'OTAN. La réaction de l'UE s'inscrira également dans le cadre de partenariats forts entre le secteur public et privé.
La coopération et le partage d'informations entre les États membres, les institutions, le secteur privé et la société civile sont susceptibles de favoriser une culture commune de la cybersécurité, et accroître la préparation face à d'éventuelles perturbations et attaques informatiques.

Premier axe d’action : favoriser l’approche par le renseignement

La sécurité européenne repose sur une meilleure évaluation commune des menaces et des défis sur le plan intérieur et extérieur. Les Européens doivent améliorer le suivi et le contrôle des mouvements qui ont des répercussions sur la sécurité.
Pour ce faire, il faut investir dans le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, y compris les systèmes d'aéronefs télépilotés, les communications par satellite et l'accès autonome à l'espace ainsi que l'observation permanente de la Terre.
En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, les États membres doivent mettre en œuvre une législation sur les explosifs, les armes à feu et les dossiers passagers (PNR) et investir dans les capacités de détection et le traçage transfrontalier des armes.

Deuxième axe d’action :  investir dans les capacités numériques

Les Européens doivent investir dans les capacités numériques pour sécuriser les données, les réseaux et les infrastructures critiques au sein de l'espace numérique européen. Il s’agit de développer des capacités dans le domaine des services et des produits numériques fiables ainsi que dans les
cybertechnologies pour renforcer la résilience.

La stratégie entend encourager l'ensemble des États membres à accroître leurs investissements et leurs compétences par le biais de la coopération dans le domaine de la recherche et de développement, de la formation, des exercices et des programmes de passation de marchés.

Troisième axe d’action : avoir des capacités européennes de défense plus robustes

En ce qui concerne les capacités militaires de pointe, les États membres ont besoin de tout l'équipement majeur pour faire face aux crises extérieures et préserver la sécurité de l'Europe. Ils doivent ainsi disposer de larges capacités terrestres, aériennes, spatiales et maritimes, y compris de capacités de soutien stratégiques.

À ce propos dans un monde fragile, le "soft power" ne suffit pas: il importe d’accroître la crédibilité de l’UE en matière de sécurité et de défense. Pour faire face aux crises extérieures, renforcer les capacités des partenaires européens et protéger l'Europe, les États membres doivent affecter des moyens financiers d'un niveau suffisamment élevé à la défense, utiliser les ressources de la manière la plus efficace qui soit  et remplir l'objectif collectif consistant à consacrer 20% du budget de la défense à l'acquisition d'équipements ainsi qu'à la recherche et la technologie.

D'après la stratégie, il convient que les capacités soient développées en veillant à une interopérabilité et une uniformité maximales et qu'elles soient mises à disposition, dans la mesure du possible, pour appuyer les actions de l'UE, de l'OTAN et des Nations unies ainsi que les autres efforts multinationaux. Si une stratégie sectorielle, qui devra être arrêtée par le Conseil, devrait préciser davantage, sous l'angle civil et militaire, le niveau d'ambition, les tâches, les exigences et les priorités en termes de capacités découlant de la présente stratégie, certains de ces éléments peuvent déjà être dégagés conformément aux engagements pris par le Conseil européen.

Et faire face au problème russe

La souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale des États, l'inviolabilité des frontières et le règlement pacifique des différends sont des éléments essentiels de l'ordre de sécurité européen.
Ces principes s'appliquent à tous les États, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières de l'UE.

Néanmoins, la paix et la stabilité en Europe ne sont plus acquises. La violation du droit international par la Russie et la déstabilisation de l'Ukraine, qui viennent s'ajouter à des conflits qui perdurent dans l'ensemble de la région de la mer Noire, ont remis en cause les fondements de l'ordre de sécurité européen.
Une approche cohérente et unie doit rester la pierre angulaire de la politique de l'UE à l'égard de la Russie. Selon la stratégie, il faut surtout renforcer l'UE, accroître la résilience de les voisins orientaux et défendrons leur droit à définir librement leur approche vis-à-vis de l'UE.


synthèse du texte ci-dessous par Pierre Berthelet alias securiteinterieure.fr 


Et en complément, quelques excellentes lectures :

Et quelques articles de presse :


Et surtout les travaux de l'Institut européen de la sécurité (EUISS) :


Et vous êtes sûr de n'avoir rien oublié ? 
 

De retrouver securiteinterieure.fr sur twitter par exemple ?



Ou encore l'auteur de securiteinterieure.fr, Pierre Berthelet sur Linkedin!
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.