Pages

jeudi 3 octobre 2019

Contrefaçon de l’euro (suite) : lorsque l’argent européen sert à mieux lutter contre les criminels au sein du Darknet


Statue de l'homme d'Etat athénien

Un rapport a été présenté par la Commission européenne sur la mise en œuvre d’un programme financier destiné à la protection de la monnaie unique.
Ce programme de subvention dénommé  «Pericles 2020» a servi notamment à améliorer l'efficacité des techniques d'investigation sur le Darknet et plus spécifiquement à la coordination de l'action engagée les services des Etats membres pour faire face à cette menace.


De quoi parle-t-on ?

«Pericles 2020» est un programme d’action en matière d'échanges, d'assistance et de formation pour la protection de l'euro contre le faux monnayage. Il :
  • vise exclusivement à prévenir et à lutter contre une forme spécifique de crime organisé, la contrefaçon de l'euro;
  • remplace le programme Pericles créé en 2001 et appliqué de 2002 à 2013;
  • a été établi par un règlement du 11 mars 2014. Plusieurs textes complémentaires ont été adoptées, dont un qui étend la durée de Pericles jusqu’au 31 décembre 2020.

Le budget annuel alloué à la mise en œuvre de Pericles en 2018 a été fixé à plus d’un milliard d’euros (1 055 100 plus exactement et n montant total de 993 389 a été engagé cette année-là).
Le programme est mis en œuvre sous la forme d'actions cofinancées (subventions) émanant des autorités des États membres et d'actions organisées directement par la Commission.

En 2018, Pericles a financé 11 projets au total. En tout, 8 subventions ont été octroyées en réponse à une demande des autorités des États membres, contre 10 en 2017.
De plus, 3 actions de la Commission ont bénéficié d'un financement, soit le même nombre que l'année précédente. 5 actions ont été mises en œuvre en 2018, tandis que 6 sont actuellement exécutées ou le seront en 2019 ou ultérieurement.

D’où vient-on ?

Une évaluation à mi-parcours de Pericles a été réalisée par un contractant indépendant.
Le 6 décembre 2017, la Commission a adopté la communication relative aux résultats de l'évaluation à mi-parcours du programme.
Elle :
  • approuve la conclusion selon laquelle le programme doit être poursuivi jusqu'à son échéance normale en 2020;
  • soutient sa poursuite au-delà de 2020 compte tenu de la valeur ajoutée européenne qu'il apporte, de son impact à long terme et de sa viabilité;
  • souscrit à la conclusion de l'évaluation quant à l'opportunité de poursuivre le programme.

La Commission a adopté, dans le contexte du prochain cadre financier pluriannuel, une proposition visant à poursuivre le programme au-delà de 2020 (sous la désignation «Pericles IV»).
Le Conseil a adopté une orientation générale partielle le 19 décembre 2018.
La position favorable du Conseil reflète le large soutien dont bénéficie la proposition Pericles IV de la Commission.
Au Parlement européen, la commission LIBE a adopté à l'unanimité sa position sur la proposition de la Commission concernant Pericles IV le 4 février 2019, exprimant son soutien à la poursuite du programme.

Quel est le bilan général de ce programme ?

D’après le rapport, le programme «Pericles 2020» reste un outil important et efficicace de la lutte contre le faux monnayage. Il sert de base à différentes études.
Il permet aussi de développer la coopération et d'échanger les meilleures pratiques entre tous les acteurs de la lutte contre la contrefaçon de l’euro.

Ce programme présente un degré élevé de cohérence et de complémentarité avec d'autres actions et programmes pertinents au niveau de l'Union.
C’est le cas :
  • de l’instrument d’assistance technique et d’échange d’informations, le plus fréquemment utilisé en soutien des négociations d'adhésion,
  • du Fonds pour la sécurité intérieure - Police, qui porte sur la prévention et la répression de la criminalité en général.

A qui a bénéficié du programme et quoi a-t-il servi ?

L'Italie et l'Espagne sont les deux candidats au programme en 2018.
Il apparaît que qu’ils sont les pays les plus touchés par la contrefaçon de l'euro.
Les actions engagées en 2018 sont : 3 séminaires/conférences, 2 formations techniques, 4 échanges de personnel, 2 achats d'équipement.  

L'année 2018 a vu la mise en œuvre de 10 actions engagées au titre de précédents budgets du programme : 8 émanaient des autorités d'États membres (France, Espagne, Portugal, Roumanie, Autriche, Croatie et Italie), et 2 de la Commission.
Ces actions consistaient en 3 séminaires, 1 formation technique, 4 échanges de personnel, 1 achat d'équipement et 1 étude.
Elles concernaient tout particulièrement l'Europe du Sud-Est, la Chine et l'Amérique latine, ainsi que le darknet et l'authentification des pièces en euros.

1er exemple des actions engagées au titre du programme : Coopération en Europe du Sud-Est


Le programme a permis de t de renforcer encore la coopération régionale et internationale en Europe du Sud-Est en 2018: la conférence «Une stratégie communautaire pour protéger l'euro dans la région méditerranéenne» a été organisée par l'UCAMP.
Elle s'est tenue en Serbie en 2018.
Cette action a rassemblé la France et sept pays du sud-est de l'Europe.
Elle a contribué à l'efficacité du réseau d'experts dans l'une des régions les plus exposées en matière de contrefaçon de l'euro.

Suite à cette action, 3 dispositifs de coopération administrative pour la protection des pièces en euros ont été signés entre la Commission européenne et, respectivement, la Serbie, le Monténégro et le Kosovo.
En outre, l'office italien UCIFM a organisé un achat d'équipement destiné aux autorités spécialisées dans la lutte contre le faux monnayage pour protéger l'euro contre le faux monnayage et former la police et la banque nationale du Monténégro.

2e exemple des actions engagées au titre du programme : Coopération en Amérique latine 

Le programme a également permis de renforcer encore la coopération régionale et internationale en Amérique latine:
·La BIBE espagnole a organisé une «Formation sur le faux monnayage destinée à des experts des pays d'Amérique latine».
Elle a rassemblé les autorités de 18 pays d'Amérique latine à Panama en 2018.
Il s’agit de faire connaître les mesures de protection de l'euro contre le faux monnayage dans les pays d'Amérique latine qui pourraient y être exposés. Cette action a soutenu la création et le fonctionnement d'offices centraux nationaux dans les pays participants pour lutter contre le faux monnayage.
À la suite d'une précédente formation de même nature, l'Argentine s'est dotée d'un office central national.
  • organisé une conférence de formation, d'un échange de personnel et d'un achat d'équipement dans la région, recueillant ainsi l’adhésion d'un grand nombre de participants d’Amérique latine issus de nombreux pays de la région.
  • réalisé un achat d'équipement, qui est utilisé par les spécialistes en matière de lutte contre le faux monnayage de cet office central argentin.
En outre, en 2019, la Commission organise sa «formation technique tactique» biennale à Medellín en Colombie, ciblant les autorités répressives et judiciaires du pays.  
Par ailleurs, la police judiciaire portugaise a proposé que les autorités brésiliennes participent à leur échange de personnel.

Internet/darknet: la conférence «ICIT - Enquêtes sur le darknet - Protection de l’euro» 


Plusieurs actions mises en œuvre en 2018 visaient à s'attaquer à la menace que représente l'internet/le darknet dans la lutte contre le faux-monnayage.
L’accent a été mis sur :
  • l'efficacité des techniques d'investigation,
  • sur la nécessité de coordonner l'action engagée pour répondre à cette menace.
En particulier, la conférence «ICIT - Enquêtes sur le darknet - Protection de l'euro» a été totalement consacrée à ce sujet et a rassemblé des experts judiciaires et policiers de 19 pays.
La conférence a donné lieu à plusieurs recommandations, telles que la nécessité de :
  • mettre en place un réseau de spécialistes régionaux chargé des enquêtes sur le darknet
  • élaborer un guide des meilleures pratiques en matière répressive.


synthèse du texte par Pierre Berthelet alias securiteinterieure.fr 



A lire également sur securiteinterieure.fr :



Votre attention est le carburant de ma passion.


  Merci pour votre fidélité !
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.